• lilas rose

    Je vote pour le lilas

    Je fonds chaque année pour le lilas. Il n’a pas besoin d’argumentaire pour me séduire : sa fleur et son parfum suffisent pour me rallier à sa cause. Je l’aime quelle que soit sa couleur, qu’elle soit blanche, mauve clair, ou violet foncé. J’aime aussi le lilas pour la jolie façon qu’avait Maman de le

    Lire la suite
  • Maman couve et Papa veille

    Les oeufs de cygne, quinze jours avant l’éclosion. Chaque année un coule de cygne fait son nid au même endroit,  à l’entrée de l’hôtel-restaurant Château de l’Ile, là où il y a le plus grand nombre de passages journaliers, en bordure de la piste cyclable qui longe l’Ill. J’ai eu la chance de passer à

    Lire la suite
  • Alliaire : de l’ail sans ail

    L’alliaire officinale est à cueillir en avril. Egalement appelée herbe à ail, elle a le goût de l’ail sans en avoir  le désagrément : après l’avoir mangé, il n’y a pas de persistance de goût d’ail sur le palais. Pour les amoureux assoiffés d’embrassades elle est idéale car sans inconvénient pour l’haleine. Les Alsaciens l’appellent Läuchele, ce

    Lire la suite
  • Oeufs de cygne couvés

    Le couple de cygne a refait son nid à l’entrée du Château de l’Ile d’Ostwald, là où il y a le plus grand nombre de passages journaliers, en bordure de la piste cyclable qui longe l’Ill. La maman a quitté le nid quelques instants pour se dégourdir les pattes. J’en ai profité pour photographier la

    Lire la suite
  • Entre les scilles bleues : une blanche

    Les scilles font partie des premières fleurs du printemps. J’aime la couleur mauve de ces jacinthes miniatures. Cette année, certaines croisées en forêt ont fleuri en blanc. Ces fleurs sauvages poussent surtout dans les sous-bois de l’Est de la France et dans le Centre. En alsacien on les appelle Märzebliemle (petites fleurs de mars). On les

    Lire la suite
  • Albert Morgenthaler ne figurera pas sur le mur des noms

    Photo d’Albert Morgenthaler réalisée en 1937 par mon père Aloyse Morgenthaler. Albert est assis devant la ferme paternelle aux côtés d’Adèle, sa bien-aimée. Il quittera l’Alsace la même année pour faire le service militaire et n’y reviendra plus.   Le mur des 54000 noms des Alsaciens et Mosellans victimes de la Seconde Guerre mondiale, en projet depuis

    Lire la suite
  • Mon site fut piraté

    C’est sensation fort inquiétante de ne plus pouvoir accéder au site que l’on a créé. Le site, c’est comme sa maison dans laquelle on accueille ceux qui en apprécient l’atmosphère. La déroute est totale lorsque vous n’avez plus aucun  moyen d’accès : c’est comme si vous étiez devant votre maison, avec les bonnes clefs mais dont plus

    Lire la suite
  • Nos langues sont ce que nous avons de plus précieux

    L’ouverture accordée aux langues et aux cultures régionales me touche autant en Belgique qu’en Suisse, qu’en Allemagne, Autriche ou en Italie. Lorsque je me trouve dans ces pays, je revis à chaque fois avec inconfort les effets des lois surannées, inappropriées de la République française, une et indivisible, qui avec ses principes basés sur le jacobinisme, a préféré museler

    Lire la suite
  • Monet : prince des couleurs et de la lumière

    La vallée de la Seine, la Normandie, la lumière de la Méditerranée, les meules de foins roses, le brouillard de Londres, les nymphéas, les peupliers, le jardin de Giverny : j’ai fait tous ces voyages sans changer de lieu, en visitant l’exposition que la Fondation Beyeler à Bâle consacrait en 2017 à Claude Monet. Charing Cross

    Lire la suite
  • Ecrire et traduire en alsacien, est-ce bien raisonnable ?

    Pour saluer la réédition de mon livre “Prévert en alsacien” (La Nuée Bleue),  la librairie Kléber et Aline Martin (A livre ouvert/Wie ein offenes Buch) organisent une table ronde à la Salle Blanche  le samedi 28 janvier à 14 h sur le thème « Ecrire et traduire en alsacien, est-ce bien raisonnable? ».   Lecture et entretien sur

    Lire la suite

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>