Été indien dit « Altwiewersommer »

C’est une douceur exceptionnelle, déroutante qui baigne l’Alsace depuis quelques jours. La forêt est flamboyante et rarement les frondaisons ont affiché des couleurs d’un jaune et d’un rouge aussi marqués. A croire que des cascades d’or et de cuivre se sont déversées sur les arbres.

Rarement les feuilles ont tenu si longtemps aux arbres : souvent elles sont tombées lorsqu’arrive le 1er novembre. Et cette année, elles résistent alors que la sécheresse de l’été laissait supposer le contraire. Cet après-midi, je fus éblouie par le « ginkgo biloba » de la Place de la République à Strasbourg que vous voyez sur cette photo.

Cette variété d’arbre détient une force exceptionnelle : le « ginkgo biloba » fut le premier à repousser à Hiroshima après la bombe atomique. Parfois appelé « l’arbre aux quarante écus », il existait déjà 40 millions d’année avant les dinosaures et certains atteignent plus de mille ans. Il est apprécié en phytothérapie pour de multiples vertus.Au Japon et en Chine, il est arbre porte-bonheur.

Tout fait rêver chez lui, jusqu’à ses feuilles en forme d’ailes de papillon.

L’été indien, ce sursaut d’été qui arrive entre l’automne et l’hiver, aussi appelé « l’été de la Saint-Martin », qui est fêté le 11 novembre et qui est célébré généralement en Alsace avec une oie entière rôtie au four, est appelé en alsacien Altwiewersommer, ce qui signifie « l’été des vieilles femmes ».

Et si le vrai bonheur consistait à parvenir à saisir de ses narines le plus fragile et le plus bouleversant des parfums: celui des feuilles finissantes que l’automne bientôt amassera en andains ?

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>