Les rendez-vous de l’Ill

En longeant l’Ill avec mon vélo ce matin, je me suis arrêtée un instant pour admirer ce tableau.

Cygnes, pigeons, tourterelles, mouettes se retrouvent  ici, le long de l’Ill,  à son confluent  avec la Bruche, non loin du quai du Murhof  dans le faubourg strasbourgeois de  la Montagne Verte.

Ces rencontres ont lieu le matin autour de 8 heures. Ensuite, la horde à plumes se dissémine à nouveau.

Merveilleuse  Ill qui fend l’ Alsace,  qui la traverse et la fertilise depuis la fin de la dernière glaciation. Elle creuse son lit sur 217 kilomètres, de sa source à Winkel, jusqu’à son confluent avec le Rhin, à Gambsheim.

Fil vivant qui se faufile à travers l’ Alsace, elle est une et multiple,  tant ses eaux offrent une palette d’aspects changeants. Tantôt sereine, tantôt tumultueuse, elle est parfois rivière large et haute et,  en d’autres lieux  elle apparaît si peu alimentée qu’elle montre sous ses eaux basses des étendues de galets. Elle effleure  des paysages si différents :  collines, forêts humides, prairies grasses, prés maigres, berges hautes et basses, plages de galets et de gravier, bosquets de saules, héronnières, lignes d’ aulnes,  de peupliers et de frênes. A Strasbourg elle longe des jardins ouvriers avant de prendre dans ses deux bras le coeur de la ville.

Je serai bien restée là, à ce confluent de la Bruche et de l’Ill, mais l’émission radio m’attendait. En pédalant, je pensais à l’endroit où l’Ill prend sa source,  sur le lieu-dit Illsprung, à Winkel, au fin fond du Sundgau, tout près de la Suisse. C’est discret une rivière qui prend sa source : on attend du bruit, des clapotis. Et c’est le silence qui répond. Et c’est juste un filet d’eau infime qui coule et qui va gonfler avec les rivières qui  se jeteront en lui.

J’ai pensé à Jean-Pierre Haeberlin qui a peint l’Ill en ses plus beaux endroits et avec lequel j’ai co-écrit le livre Le long de l’Ill (La Nuée Bleue).  C’était en 2002.  Il faisait bon ce matin repenser à cet été-là où j’ai vécu mes carnets de voyages alsaciens avec Jean-Pierre Haeberlin, artiste dans l’âme, rompu à la difficile technique de l’aquarelle,  issu des Arts décoratifs de Strasbourg et qui dirigea avec son frère Paul la célèbre Auberge de l’Ill à Illhaeusern qui fête cette année ses 50 années de restaurant triplement étoilé.

 

 

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>