carte vcarte voeux Hamm Patrick 2020

Les cartes de voeux de Patrick Hamm

La carte 2014 © Patrick Hamm

Pendant des années, la première carte de voeux que je recevais était celle de l’artiste-peintre Camille Claus. Il  l’envoyait fin novembre déjà, lorsque commençait le temps de l’Avent. C’était une carte différente chaque année, conçue et dessinée par lui. Camille ne vit plus.

La carte pour les voeux de 2020 que m’envoya Patrick début décembre 2019 © P. Hamm

Depuis lors, la première carte de voeux que je reçois par le facteur est celle de Patrick Hamm, l’illustrateur qui possède aussi une collection de 50000 cartes postales. Celles dessinées par lui se négocient à des tarifs souvent enviés. Sa carte, différente chaque année, arrive début décembre.

Cette carte n’est pas liée aux voeux. Patrick m’a autorisé à la faire paraître dans mon  livre L’Alsace, pays du chou © P. Hamm

Cet homme enthousiaste, que Tomi Ungerer appréciait,   dessine aussi des ex-libris, des affiches, des étiquettes de vins ou des cachets pour la poste. Il a la passion de l’histoire, de l’Alsace, de l’art. Longtemps il travailla à mi-temps comme employé de la librairie Gangloff , qui fut une institution au pied de la cathédrale, avant de créer sa boutique d’art et d’antiquités, nommée Au Grenier de Rathus à Strasbourg.

© P. Hamm

Il ne cesse de développer son esprit curieux, fouine dans le passé, mène des travaux de fourmi, à la bibliothèque ou sur le marché de l’art pour réunir des documents uniques sur certains artistes alsaciens qu’il aime particulièrement comme Emile Matthis, Léo Schnug ou Paul Braunagel (auxquels il a consacré un livre).

© P. Hamm

Il est l’auteur d’une dizaine de livres (sur l’Art Nouveau en Alsace, sur Strasbourg au début du siècle, sur les faubourgs) qui ont souvent comme support la carte postale.

Autre facette de Patrick Hamm : l’illustration de livre, ici le livre “MATOUVILLE” d’après des texte de Véronique Piazza © P.Hamm

Patrick Hamm est né d’une maman de Ribeauvillé et d’un papa de Saessolsheim. Je suis un “67 et demi” m’a-t’il dit dans l’émission Sür un siess que je lui ai consacrée en janvier 1996. Il y présenta l’estomac de porc farci (de gfillt Soïmaawe) que préparait sa grand-mère. La farce riche associait la viande de porc à toutes sortes de légumes et à des marrons. Hubert lui réalisa avec plaisir  ce plat particulièrement apprécié pendant la saison froide.

🍀Bon janvier🍀

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>