Le petit biscuit de Noël avance masqué

Les « petits fours génération Covid « sont nés de l’imagination d’une amie, Solange Monturet qui, chaque année, réalise des montagnes de Wihnàchstsbredle qu’elle offre à sa famille et à ses proches, et qui essaiment dans la France entière.

Et voilà une fournée de « Bredle masqués »
par Solange Monturet

Pour s’amuser, elle en a dotés certains de masques pour les adapter à l’air du temps.

J’ai pris la pâte des « Bùtterbredle », en ajoutant un peu de chocolat en poudre pour que la pâte soit un peu plus foncée, ainsi le masque se distingue mieux, dit-elle, en ajoutant : il ne fut pas ajouter trop de cacao car le Bredel fonce à la cuisson.

Les yeux sont figurés par des pépites de chocolat, mais de petits raisins de Corinthe peuvent aussi faire l’affaire.

Le « Bredel masqué » n’avance pas toujours seul

Ces masques sont en glaçage fait de sucre glace que Solange Monturet dilue avec un peu de jus de citron. Vous pouvez aussi utiliser un peu d’eau, ou quelques gouttes d’eau-de-vie.

Pour dessiner le masque, Solange pose d’abord une grosse goutte de glaçage au milieu à l’aide d’un pinceau, puis à l’aide d’un pique apéritif, elle « tire les élastiques ».

« Bredle masqués », de plus grande taille qu’un petit four

Ces « Bredle masqués », de plus grande taille qu’un petit four, seront offerts individuellement par la pasteur de Hoenheim aux personnes âgées, car en cette année de distanciation, la rencontre autour d’une collation est supprimée.

En décembre 2019, nous n’imaginions pas encore la paralysie que le virus ferait tomber sur la planète. Cette année, pour rire et pour défier le sort, il est permis de faire des Wihnàchsbredle dotés de masques.

En Noël 2021, nous aurons sans doute plaisir à faire tomber les masques.
Je ne sais si nous aurons alors encore envie de dessiner des masques sur les petits gâteaux.
Si ce n’est pour le plaisir de croquer un petit four masqué,
en savourant la joie de ne plus avoir à porter de masque.

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>