Galette des rois frangipane-chocolat

Angèle Schaeffer aime cette recette de galette qu’elle réalise avec de la pâte feuilletée prête à l’emploi. Le reste n’est qu’un jeu d’enfant. Elle a dénichée cette recette dans « L’indépendant catalan », un journal de Catalogne où elle se rend fréquemment pour y visiter ses amis. Elle l’a expliquée sur France Bleu Elsass.

pour 1 galette pour 6 personnes

pour la pâte
  • 2 rouleaux de
    pâtes feuilletés abaissées et prêtes à l’emploi
pour la garniture
  • 30 g de poudre d’amandes blanches
  • 3o g de beurre
  • 30 g de sucre
  • 2 œufs
  • 5 cl de crème pâtissière à la vanille ou de crème fraîche parfumée à la vanille
  • 50 g de chocolat en poudre
pour la dorure
  • 1 jaune d’oeuf

Dans un saladier, déposez le beurre mou mains non fondu puis le sucre, mélangez jusqu’à obtenir le blanchiment de cette garniture.

Additionnez la poudre d’amandes, les œufs entiers et mélangez. Ajoutez la crème pâtissière froide et le chocolat en poudre, mélangez.

Disposez une des deux abaisses de pâte dans un moule à tarte recouvert de papier cuisson, piquez-la avec une fourchette. Garnissez avec la frangipane sur environ 1, 5 cm. Déposez la fève.

Refermez la galette avec la 2e abaisse de pâte et collez bien les bords (vous pouvez vous servir d’un peu d’eau ou de lait).

Badigeonnez de dorure la surface de la galette en deux fois. Badigeonnez-la une première fois, attendez un quart d’heure et badigeonnez-la une seconde fois.

Entre les deux couches, laissez reposer au réfrigérateur. Préchauffez le four et enfournez la galette à 175° (th. 6) pendant 45 minutes. Dégustez-la tiède avec un café, un thé ou un chocolat chaud.

L’Epiphanie est jour férié en Espagne : c’est ce jour-là que les enfants reçoivent les cadeaux et non à Noël. Dans la région rhénane, le jour des rois mages est important depuis le transfert à Cologne en 1164 des prétendues reliques des rois mages. En Allemagne, en Autriche et parfois en Alsace, on trace à l’Epiphanie à la craie les initiales C+M+B avec les chiffres de l’année en cours sur les portes des maisons pour se protéger des incendies et des inondations. Ces initiales CMB correspondent à la phrase latine « Christus Mansionem Benedicat », c’est-à-dire « Que le Christ bénisse ta maison » et non aux initiales des trois rois mages comme on le pense souvent à tort.

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>