Soupe aux boulettes du pays de Hanau d’Eric Constans

Hanauer Bollensuppe

Hanauer Bollensuppe, soupe hanauvienne © Eric Constans

Cette soupe de boulettes de viande est une spécialité du Pays de Hanau badois. Il s’agit d’une soupe de fête, eine Hochzeitssuppe – une soupe de mariage- (à l’instar du bouillon de pot-au-feu servie en Alsace avec des quenelles de moelle).

Rapprocher les deux pays de Hanau, l’alsacien et le badois  : il suffisait d’y penser. Ces deux contrées ont vécu ensemble pendant plus de 5 siècles (de 1274 environ à 1806). Cette nouvelle forme de coopération transrhénane paraît donc évidente.

L’idée vint à l’Alsacien Eric Constans, « passeur » entre les deux « pays de Hanau » lorsqu’il se promena  avec Gerd Birsner, le journaliste, animateur et chanteur.

Cela semblait si évident au vu des similitudes dans le patrimoine et la culture entre les deux pays de Hanau.

Avec Fiona Härtel , ils ont organisé en 2017 un HanauerLandMarkt à Kehl, précédé d’un Hanauerowe (une « Soirée Hanauvienne ») de musique, de chants et de rires, animée par Gerd Birsner  à Sand (commune de Willstätt) au cours de laquelle Gerd Birsner présenta deux de ses films, l’un sur les traditions dans le Hanauerland, l’autre sur les richesses patrimoniales du Pays de Hanau. Une exposition sur de grands panneaux de chantier y présenta des cartes géographique avec les domaines «hanauviens » pour montrer la longue et belle Histoire vécue ensemble sous les mêmes maîtres. Plus de 110 localités de l’Alsace du nord et plus de 30 sur la rive droite du Rhin en faisaient partie.

 pour 4 personnes

pour le bouillon clair
  • quelques os de boeuf
  • facultatif : 1 morceau de viande (pour rendre le bouillon meilleur)
  • 1 oignon
  • 1 carotte
  • un peu de céleri rave et de poireau
  • 1 petit bouquet de persil
  • sel,
  • poivre
  • noix de muscade râpée
pour les boulettes
  • 500 g de viande (boeuf ou mélange boeuf/porc)  hachée très fin avec la grille la plus fine (et si possible hachée deux fois)
  • 1 à 2 oignons
  • 1 petit pain
  • 1 œuf
  • 2 cuillerées à soupe de chapelure,
  • persil
  • sel
  • poivre
pour le beurre manié (pour lier le bouillon)
  • 3 à 4 cuillerées à soupe de « farine d’épeautre vert séché »  que l’on trouve en Allemagne sous le nom de « Grünkernmehl »
  • 40 g de beurre

Préparez un bouillon clair avec les os de boeuf, l’oignon, la carotte, le céleri rave et de poireau, le persil, le sel, le poivre et la noix de muscade râpée.

Pour les boulettes: trempez le petit-pain à l‘eau, ciselez le persil, faites revenir l’oignon épluché et coupé fin dans un peu d’huile. Mélangez tous les ingrédients en réservant la moitié du persil ciselé, salez et  poivrez. Malaxez  bien. Formez des boulettes d’environ 2 cm de diamètre (la taille d’une noix) et faites-les cuire quelques minutes dans de l’eau salée (ou dans une partie du bouillon). Lorsqu’elles remontent à la surface, c’et qu’elles sont à point pour être égouttées. Réservez.

Pour la finition

Réchauffez le bouillon et liez-le avec le beurre manié : mélangez l’épeautre vert séché  que l’on trouve en Allemagne sous le nom de Grünkernmehl et qui donne un goût très fin à l’appareil. Pour en savoir plus,  il suffit de taper  « farine d’épeautre » sur un moteur de recherche internet.

Dressez dans une assiette à soupe en y ajoutant les boulettes, rectifiez l’assaisonnement : sel, poivre, muscat et parsemer de persil ciselé.

Notez que pour cette soupe vous pouvez également utiliser un bouillon de bœuf en cube ou mieux encore le bouillon de cuisson d’un pot-au-feu.

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>