Forsythia, tu as les couleurs de Pâques

Il est étonnant cet arbuste aux couleurs de Pâques qui fait venir d’abord les fleurs, qui voit se couvrir allègrement ses branches nues, et ensuite seulement, vers la fin de la floraison, ses feuilles apparaissent, comme autant de petites langues d’un vert vif.

Avec ses cascades de fleur couleur jaune d’or, le forsythia est un des premiers à annoncer le printemps !

Et il sait même faire jaillir le printemps avant l’heure.

Lorsque la saison est froide et que l’on tarde à voir le printemps venir, il existe ce geste qui inocule l’espoir et un foisonnement d’espérance : celui de couper quelques branches de forsythias et de les mettre dans un vase dans la maison. En quelques jours elles font naître de leur bois des dizaines de clochettes jaunes, si bénéfiques au regard que l’on retient son souffle de peur de rendre l’instant évanescent.

Quel enchantement  d’avoir en quelques jours une image printanière qui resplendit en votre intérieur et aussi en votre for intérieur.

La langue alsacienne a trouvé pour cet arbuste la plus belle dénomination : Goldwiede, les rameaux d’or. POarfois aussi on le nomme Goldraïje, pluie d’or., à ne pas confondre avec le cytise qui , en allemand, se nomme Goldregen et qui est un arbute à fleurs jaunes également mais toxique.

La langue allemande ne demeure pas en reste avec ces termes imagés :
Goldflieder, c’est-à-dire lilas d’or
Goldglöckchen, c’est-à-dire clochettes d’or

Et je me prends à rêver : si toutes ces clochettes se mettaient à tintinnabuler, cela ferait le plus doux des concerts.

Sur ma page Facebook,  Anny m’a rappelé un rituel de son enfance : elle se souvient que, il y a une cinquantaine d’années, à  la sainte Barbara (la patronne des sapeurs-pompiers et des mineurs fêtée le 4 décembre),  on coupait des rameaux de forsythias que l’on mettait dans l’eau à l’intérieur de la maison, ainsi on avait la joie de les voir fleurir trois semaines plus tard, à Noël.

Forsythia de mon jardin d’enfance © S. Morgenthaler

Simple, rustique et lumineux, le forsyhtia s’adapte à tous les jardins.

Je le vois depuis l’enfance, toujours le même, qu’il faut maîtriser par des tailles tant il devient fougueux et volumineux.

Il n’a pas de parfum bien qu’il fasse partie de la même famille que le jasmin, c’est-à-dire de la famille des oléacées.

Le forsythia est présent en tous coins de France et d’autres pays.

On le dirait universel.

On en oublierait qu’il vient de Chine, du Japon et la Corée.

Avec une brassée de son jaune lumineux,
je vous souhaite de belles avancées vers Pâques,
dans une aura lumineuse
comme le jaune de cette fleur.

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>