Collier d’oignons

L’hiver peut arriver : les oignons sont à l’abri, noués en bottes.

E Ziwwel isch nit uewwel : un oignon c’est bonnard, dit-on en alsacien.

C’est sensation agréable de mener un oignon à terme :

le mettre en terre au printemps lorsqu’il est minuscule,

le sarcler,

le libérer des mauvaises herbes,

prendre soin de lui jusqu’à la récolte en septembre,

le coucher alors à l’air libre dans un espace aéré pour qu’il sèche,

en retirer la première couche de peau généralement pointillée de terre pour voir apparaitre la deuxième couche, brillante et  ambrée,

mettre ensuite l’oignon en cave pour le protéger du froid car le gel est son ennemi.

S’en servir en hiver,

l’éplucher,

le couper en rondelles,

le hacher, essuyer de temps en temps les sécrétions lacrymales qu’il déclenche sur nos joues,

se placer fenêtres ouverte, à l’air vif pour apaiser les yeux.

Savourer l’oignon, qu’il soit cru ou cuit, caramélisé ou blondi.

Le cycle de l’oignon est à l’image du cycle de la vie.

Pouvoir, comme lui,  jusqu’à la fin, procurer de la joie :

ce vers quoi j’aimerais tendre.

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>