Un peu de gui pour porter chance

Dans les derniers jours de l’année, alors que les jours sont si courts et les nuits longues, on prend plaisir à faire entrer le gui dans la maison. Dans la nature, cette boule végétale «porte-bonheur» a la particularité de ne pas toucher terre.

Il faut lever la tête pour l’apercevoir dans certains fruitiers, mais aussi au faîte du peuplier, du sapin, du hêtre et bien sûr, du chêne.

En alsacien, on le désigne sous le terme Mischelde, proche du mot allemand Mistel.

En langue celte, son nom signifie « guérit tout », entre autre l’épilepsie et l’hypertension. Une boule végétale « porte bonheur » qui a la particularité de ne pas toucher terre.

Il vous faudra donc lever la tête pour l’apercevoir dans certains fruitiers, mais aussi au faîte du peuplier, du sapin, du hêtre et bien sûr, du chêne. La propagation de cette plante considérée par les forestiers comme un véritable fléau est due le plus souvent aux grives et aux fauvettes qui en sont friandes et qui, après digestion des petits fruits ronds.

Cette plante sacrée aimée des druides symbolise l’amour, la prospérité et l’éternité. En langue celte, son nom signifie «guérit tout ». Mais attention, ses baies comme ses tiges contiennent des substances toxiques.

Chez les Gaulois : C’est la sixième nuit du solstice d’hiver, qu’un  druide vêtu de blanc s’enfonce dans la forêt pour y cueillir le gui sacré du chêne avec une serpe d’or. Il le reçoit dans un drap de lin d’une blancheur immaculée (car il ne doit pas toucher le sol afin de conserver ses pouvoirs). Les Gaulois attribuaient donc à cette plante, outre ses vertus médicinales, des pouvoirs magiques. Le gui chasserait les mauvais esprits, purifierait les âmes et neutraliserait les poisons.

Sacré gui : voilà un compagnon idéal pour aller vers Noël et l’An Neuf.

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>