J’aime les voeux que m’apporte le facteur

Qui imaginait il y a 10 ans que la carte de voeux version papier serait remplacée si vite par la numérique ?

Le scintillant de la carte, ‘s Glitzere,  qui ajoute à la féérie, n’apparait pas sur la photo. Dommage…

La modernité a certes du bon et je ne voudrais pas tomber dans le c’était mieux d’antan.

N’empêche que lorsque je reçois des voeux par le facteur, une pincée de joie saupoudre mon coeur.

Ces images rassurantes de saynètes candides ou de paysages enneigés me font ronronner. Curieusement, les rares cartes qui arrivent dans ma boîte aux lettres viennent de loin, généralement des USA.

Les Alsaciens d’Amérique restent fidèles à des voeux qui sentent bon le lointain, avec de beaux timbres, des tampons dépaysants, des enveloppes joyeuses. Il est vrai qu’il faut se donner la peine d’acheter les cartes, de prendre sa plume, de mettre la carte sous enveloppe, d’y apposer un timbre. Mais quelle joie d’ouvrir entre autres les enveloppes provenant de Renée Roth-Hano de New York ou de Chantal et Hubert Keller de San Francisco ou Las Vegas.

Carte de voeux dessinée par Georges Ratkoff considéré comme l’imagier du bonheur alsacien

Le courriel ne coûte rien : est-ce pour cela qu’il a emporté la mise ?

Sans doute est-ce aussi pour sa facilité.

Le courriel est rapide et il peut transmettre de la joie, surtout lorsqu’il est personnalisé et que le destinataire sait qu’il lui est adressé personnellement.

Le syndrome qui a touché la planète c’est d’écrire un courriel unique et de l’envoyer à tout son carnet d’adresses. Vos amis reçoivent en un clic un courriel identique. L’affaire est expédiée en moins de rien. Done. Gemacht. On s’acquitte de sa tâche. Avec un sentiment de satisfaction. Et de travail bien fait ? Ou celui d’un geste vite fait ?

L’amitié ne justifierait-elle pas un peu plus d’attention ? Et si vos amis répondent à ce courriel collectif, chacun le fera à sa manière et accordera souvent plus de temps à l’expéditeur que celui-ci n’en a dépensé pour tout expédier en un clic.

Timbres compostés à Kissimee en Floride. Brigitte Laube m’écrit chaque année depuis trente ans.

Ce point de vue n’engage que moi et loin de moi l’idée de vous faire modifier vos habitudes. C’était juste pour vous dire qu’un courriel identique pour tous détruit plus l’image et les intentions de l’expéditeur qu’il ne les gratifie.

Alors, si vous n’avez pas encore arrosé vos amis de l’unique courriel, abstenez-vous en : vos amis vous pardonneront plus de les avoir oubliés que de les avoir tous mis dans le même sac.

A vous, fidèles de mon site, je souhaite du bonheur à foison en cette nouvelle année.

Ich wüensch in Eich alle viel Glüeck im neje Johr, vor allem e ieserni Gsundheit  !

Only the very best !

Nur das beste !

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>