Jacinthe au parfum enivrant

Jacinthe d’un bleu si beau qu’il en est irréel © S. Morgenthaler

Les jacinthes pointent généralement leur minois pour la Saint-Joseph, du moins au jardin. À l’intérieur on peut les faire fleurir lorsqu’on le souhaite : il suffit de placer le bulbe dans la terre ou sur un lit de cailloux et un peu d’eau.

Elles portent donc avec justesse leur nom alsacien Josefsblüem, ce qui signifie la fleur de Joseph, dont la fête est célébrée le 19 mars, am Seppelesdaa. Voici deux dictons qui cocnernent le Saint-Joseph :

E schöener Josefsdaa
bringt a güets Johr

A Saint-Joseph beau temps
L’année le sera également.

Josefsdaa klar
Gibt e güets Honijohr

Saint-Joseph clair
Bonne année pour le miel.

Avons-nous seulement prêté à la Saint-Joseph le 12 mars qui correspondait au 3e du confinement  ?

Notre esprit était préoccupé par d’autres soucis.

Jacinthe blanche © S.Morgenthaler

Les jours passants, ce repli forcé en nos intérieurs et en notre for intérieur nous permet de  savourer les petits riens auprès desquels nous passons généralement sans fixer l’attention, tant la vie nous emporte dans son flux de bruits, de sons et d’activités.

Prenons le temps de penser à la jacinthe si nous n’avons pas une sous les yeux, sur le rebord de fenêtre ou dans le jardin, d’imaginer le  parfum fruité, enivrant, de cette fleur aux  épis floraux fournis et bien formés,  avec ses couleurs qui sont parfois vives, parfois pastels et surannées.

J’ai souvenir qu’à l’école du village de Haegen, Mademoiselle Jérôme, la maîtresse, posait le bulbe de la jacinthe, genre d’oignon sec recouvert de pelures, sur un tapis de cailloux et de coton imprégné d’eau.

Dans le chaud de la salle de classe, le bulbe – d’apparence inerte- allait vite révéler qu’il était rempli de vie.

Jacinthe rose vif  aux épis floraux dressés et fournis © S. Morgenthaler

C’était bonheur de voir des feuilles, petites langues vertes, s’extraire du bulbe, suivies des fleurs dont on ne savait si elles seraient roses, rouges ou blanches. Lorsque la fleur naissait, elle diffusait dans la salle de classe sont parfum entêtant, si capiteux que l’on avait envie d’approcher sans cesse les narines vers ces grappes régulières et dressées. La texture, comme la couleur, apparaissent parfois si irréelles qu’on les croit artificielles.

Je pense à la jacinthe bleue de Maman qui chaque année revient au jardin, comme un signe par delà le temps et la distance, qui envoie son onde bienfaisante tant d’années après sa mort, qui me rappelle aussi l’association heureuse que faisait Maman en son jardin entre jacinthes, narcisses, jonquilles et tulipes.

Je vous souhaite  de traverser ce confinement avec sérénité et philosophie. C’est en restant chez vous que vous ferez avancer l’humanité.

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>