Chatons de saule

Wiedekatzle

En pédalant le long de l’Ill, je n’ai pas résisté au plaisir de m’arrêter pour photographier ces chatons de saule.

Leur nom alsacien, Wiedekatzle, traduction littérale de « chatons de saule », sonne avec douceur à l’oreille.

Leurs inflorescences, au duvet d’abord gris nacré, avec une petite coque brune à la base, se sont entrouvertes pour donner ces ovales duveteux particulièrement doux.

Les mâles portent le pollen qui fait éternuer les narines sensibles.

Les femelles portent les ovaires.

La fécondation se fait par le vent, sans le truchement des insectes qui peuvent à loisir s’occuper d’autres pollens. Ils ont l’embarras du choix. Pâques approche.

Partout le printemps sourd en couleurs et en parfums.

Post scriptum

Vos messages par ma Page Facebook me disent que  vous utilisez les chatons de saule pour l’arbre de Pâques. 

Vos commentaires me rappellent aussi que le mot chaton se dit également en alsacien  « Biesele » (dans le Bas-Rhin) et « Biesala » dans le Haut-Rhin.

Et puis Rita Guerber précise qu’elle nomme les chatons de saule « Mitziekätzle » en lorrain. Elle est originaire de Freyming-Merlebach en Moselle et vit depuis vingt ans à Marseillan (entre Sète et Béziers). Selon elle, Mitzie veut dire chaton et désigne également une chose mignonne, gentille et douce. 

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>