schwowebredle Lul

Le mot « Bredele » entre au Larousse : cherchez l’erreur

En ce premier jour d’été, le Larousse annonce que le mot Bredele figurera dans la nouvelle édition du dictionnaire.

On peut se réjouir que ce petit gâteau  fasse son entrée dans ce célèbre lexique.

La multitude de petits gâteaux confectionnés (notamment pour Noël sous le nom  Wihnachtsbredle)  et la magie qu’opèrent les Noëls alsaciens a sans doute  contribué à cette mise en lumière.

L’ennui c’est que le mot Bredele n’est pas juste : il contient un « e » de trop. N’en déplaise à tous ceux dont le gosier s’est emparé de cette déformation, tellement dans l’air du temps, qu’elle a fini par refléter l’exactitude.

Petite révision : pour tout Alsacien qui parle correctement la langue maternelle, petit gâteau se dit :  Bredel 

Ce mot au singulier donne Bredle au pluriel (en haut-rhinois :  Bredla, au singulier comme  au pluriel).

Dire Bredele, c’est infantiliser le mot. C’est dire : « petit gâteau petit ».

La linguiste Danielle Crevenat Werner l’affirme  sans ambages : « Bredele, c’est la façon bébé de dire petit gâteau« .

Cette façon de parler bébé a été saisie presque unanimement au fil des années, aussi bien par les Alsaciens qui ne pratiquent pas la langue maternelle, que par ceux qui la pratiquent mais qui ont fini par adopter ce gimmick, comme  par les francophones qui prononcent « Brédeuleu ».

Au fil des années, j’ai entendu pester plus d’une personne aimant sa langue maternelle  contre cette dérive.

L’accoutumance au terme bébé Bredele a tant envahi les gosiers que même le docte Larousse a fini par l’adouber.
Il eut pourtant suffi de se renseigner auprès d’un linguiste ou d’un Alsacien pratiquant correctement la langue.

Ma langue maternelle a vécu tant d’humiliations, elle fut tant bafouée par notre République  que l’on n’est pas à ce détail près.

En punissant les enfants qui osaient la  pratiquer à l’école, la République française a entamé après-guerre une tentative d’éradication de la langue qui a porté ses fruits.
Les efforts  pour lui faire aujourd’hui retrouver  un souffle sont certes louables.

Mais il est difficile de redresser le tir de ce qui fut décidé, en pleine conscience,  par un pouvoir central  si centralisateur.

Dessin LUL

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>