Oeillets d’Inde et pétunias, des vestiges de l’été

Ces fleurs d’été ont vécu leur belle vie. Une vie courte mais cela est normal pour des annuelles qui ne vivent qu’un an.

La fatigue s’empare d’elles mais elles donnent quelques derniers soubresauts d’énergie.

Vers la Toussaint, il est temps de préparer autour de la maison le décor pour l’hiver.

Il faut remiser les fleurs de l’été.

C’est ce mélange pétunias et oeillets d’Inde qui m’a accompagné du printemps à l’automne.
J’aime les pétunias, ces fleurs à la corolle très évasée, en forme de trompette, qui distillent un parfum unique,  poudré et poivré, qu’aucun parfumeur n’a encore essayé de mettre en fiole.

Je craquerai toujours pour le parfum des pétunias. Il me rappelle mes vacances à la ferme de Tante Elise. Je partageais le haut lit de ma marraine Jeanne, dans sa mansarde proche du grenier à céréales, newe de Frùchtkàmmer. Sur le rebord de sa fenêtre, logée dans la pointe du faîte,  trônait une jardinière de pétunias violets qui, dans les soirs d’été, propulsaient un parfum enivrant, entêtant, qui empêchait la venue du sommeil.

Cet été, j’ai associé autour de ma maison les pétunias aux oeillets d’Inde. J’adore l’odeur brute, médicinale et authentique  des oeillets d’Inde qui fait fuir les insectes destructeurs de légumes. C’est pour cela que l’on peut les planter dans les potagers pour se garantir de beaux légumes. L’oeillet d’Inde fait fuir les pucerons : alors placez près des rosiers. Il fait aussi fuir les fourmis et ces minuscules vers nommés nématodes.

Ces fleurs ont une odeur qui indispose également le chiendent qui reste mon ennemi le plus coriace (toujours invaincu). Je  lui trouve une indulgence : ses racines solides servent à faire ces brosses à laver, naturelles,  nommés brosses à chiendent, dites Wurzelbüerschte en alsacien, et avec lesquelles maman a brossé jusqu’au dernier jour sa lessive .

Suis-je seule à aimer l’odeur des oeillets d’Inde  ? Vous aussi ? Nous  sommes nombreux à les aimer, vous me l’avez écrit récemment. Les oeillets d’Inde sont aussi un régal pour les limaces et les escargots qui les ratiboisent en peu de temps.

Dans quelques jours, lorsque mon bouquet d’oeillet d’Inde rendra l’âme, il composera encore un menu de rêve pour les limaces.

Tout est cycle dans la nature et rien ne se perd.

Bel automne et belle Toussaint !

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>