magnolias place répuplique

Les magnolias de Strasbourg

Je me réjouis chaque année pour l’éclosion des magnolias. Leur floraison est si brève.

Et cette année, avec le confinement dû au coronavirus, il n’est pas possible d’aller les admirer.

Ils éclairent de rose nacrée la place de la République, de Kaiserplàtz, à Strasbourg.

Je vous les montre en photos.

Beauté de la fleur de magnolia : comme des petites vasques nacrées et dans un dégradé de rose © S. Morgenthaler

Ces magnolias font une haie d’honneur à la cathédrale.

La vue est unique, toujours aussi bouleversante, avec au premier plan le monument aux morts du sculpteur Léon-Ernest Drivier (que le président de la république Albert Lebrun inaugura en 1936). L’inscription est sobre : “A nos morts”. La sculpture est pacifiste, sans haine aucune. Elle montre une mère qui symbolise la ville qui tient sur ses genoux deux enfants mourants qui ont deux nationalités différentes : allemande et française.

Place de la république, les magnolias font une haie d’honneur aux monuments aux morts de Drivier et à la cathédrale © S. Morgenthaler

Je m’inquiète chaque année pour eux. Leur floraison est si courte.

Ìhri Bliehjzit ìsch so kùrz.

Et il suffit d’un bref gel pour casser la floraison et rendre les pétales bruns, comme ébouillantés par le froid.

Leurs coques d’opaline s’ouvrent en une nuit.

Savez-vous que ces fleurs sont comestibles ?  Je prévoyais il  ya q quelques années de faire paraître un livre sur les fleurs comestibles (après celui sur les plantes sauvages intitulé, La cuisine naturelle des plantes d’Alsace).

Magnolia de la place de la république, dans le quartier de la Neustadt à Strasbourg, avec à l’arrière-plan le Théâtre National de Strasbourg © S. Morgenthaler

Le magnolia a un goût de résineux et une amertume assez forte (plus forte que celle des endives belges) qui s’atténue à la cuisson. Certains utilisent leurs pétales en forme de vasques pour en faire des beignets.

Je me contente de les admirer, de les immortaliser par quelques  photos.

Les magnolias insufflent de l’énergie et de l’espoir.

Ils rappellent,  au sortir de l’hiver, que de telles beautés, sont possibles. A chaque printemps, je les redécouvre  avec une émotion intacte, comme si c’était la première fois.

Prenez soin de vous.

Je vous  souhaite de passer au mieux à travers l’épidémie qui frappe notre région, notre pays et le monde.

Restez chez vous. C’est ainsi que vous aiderez le mieux le travail des cliniciens.

print

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>