schwowebredle Lul

Petits gâteaux de Noël dits “Schwowebredle”

C’est affaire de goût et chaque Alsacienne est convaincue de détenir la meilleure recette de Schwowebredle (ce qui signifie “petits gâteaux façon souabe”).

Schwowebredle vus par Lul © Lul

Celle-ci me tient à cœur car elle me fut transmise par Maman qui la tenait de sa maman.

Et c’est plaisir de renouveler chaque année cette joie d’enfance et découper à l’aide d’emporte-pièce des motifs d’étoiles, de cœur, de trèfle, de sabot ou de cloche.

Les noix que nous utilisions  provenaient de nos noyers. Elles peuvent être remplacées par des amandes ou des noisettes.

La pâte sent bon le beurre dont elle est riche.

Les Schwowebredle sortant du four de Francis Braun qui a suivi la recette et qui se dit ravi © F. Braun

La Souabe (en allemand Schwaben) est une région historique d’Allemagne. Les Souabes représentent un peuple ancien, riche et respecté descendants des Suèves, un groupe de tribus germaniques d’avant-garde.

L’attribution du mot souabe à ces petits fours de Noël laisse comprendre qu’ils sont de qualité.

La réussite de ces petits gâteaux réside dans une pâte abaissée le plus finement possible. Or cette pâte riche en beurre attache facilement au plan de travail et se disloque vite. Pour éviter de trop fariner le plan de travail, il  importe d’utiliser une pâte figée par le froid du réfrigérateur ou de l’extérieur. Procédez par petites portions sans permettre à la pâte de se tempérer.

Le truc de Véro pour une abaisse à hauteur régulière : deux baguettes © Vero Ferreira de Matos

Pour la refroidir vite, n’hésitez pas à la placer dans le compartiment de congélation entre deux abaisses.
Il y a aussi la solution de la placer entre deux feuilles de papier-cuisson pour l’abaisser. Elle attachera moins au papier-cuisson qu’au rouleau à pâtisserie. Une amie m’a précisé qu’elle utilisait de préférence du papier-film à poser sur la pâte pour la rouler. Elle trouve que le papier film glisse moins sous le rouleau à pâtisserie que le papier-cuisson.

Vero Ferreira De Matos a révélé sa petite astuce pour étaler la pâte des Schwowebredle (ou autres pâtes à Bredle que l’on doit étaler), qui permet d’avoir toujours la même épaisseur de pâte et donc une meilleure cuisson des Bredle : “Deux baguettes de 4 mm (d’épaisseur) posés de part et d’autre de la pâte (comme sur sa photo), on passe le rouleau sur celle-ci, lorsqu’elle ne roule plus sous le rouleau c est que l épaisseur voulue est parfaite, on aura des Bredle d’égale épaisseur.”

Bonne réussite !

pour la pâte
  • 250 g de beurre (tempéré ou en pommade)
  • 250 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 œuf entier
  • 30 g de cannelle
  • 150 g de noix (ou d’amandes) moulues
  • le jus d’1/2 citron et son zeste râpé (facultatif)
  • 400 g de farine
pour la dorure
  • 3 jaunes d’œuf
  • 1 cuillerée à café de lait ou de café

Mélangez le beurre ramolli avec les sucres; incorporez l’œuf entier, la cannelle, les amandes (ou noix) moulues. Ajoutez le 1/2 jus de citron et son zeste râpé et, en dernier, la farine.

Travaillez ce mélange énergiquement avec les mains afin d’obtenir une pâte bien consistante. Laissez reposer une nuit au frais.

Le lendemain, abaissez au fur et à mesure des portions de pâte sur une épaisseur de 3 à 4 mm.

Découpez à l’emporte-pièce des motifs variés (étoile, poisson, sapin, trèfle, demi-lune, cloche, oiseau, cœur etc). Disposez-les sur une plaque graissée ou couverte de papier-cuisson. Badigeonnez ces petits gâteaux avec le jaune d’œuf délayé avec le lait ou le café.

Faites cuire à four moyen (180° – thermostat 6) pendant 10 à 15 mn. Détachez-les à l’aide d’une spatule métallique et laissez-les refroidir sur une grille.

Rangés dans une boîte en fer-blanc, ces petits gâteaux se conservent facilement pendant 1 mois. Mais il arrive que des doigts agiles les dérobent furtivement avant l’heure.

Jacqueline Bergmiller a apporté un petit plus sur ma Page Facebook qui consiste à émonder les amandes, puis à les faire un tout petit peu griller dans le four, juste blondir, (attention çà va très vite), avant de les transformer en poudre. Le parfum des “Schwowebredle” n’en sera que plus prononcé. C’est une dame qui n’avait pas d’enfant qui lui a transmis ce  “truc”.

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>