Marisa et ses lamas du Tessin

Photos © Simone Morgenthaler

 

Dans le Tessin,  cette partie italienne de la Suisse nommée Ticino par les autochtones, une région sauvage et préservée, on ne s’attend certes pas à voir des lamas.

Marisa Bäschlin en ses vues imprenables du Monte Comino

Et pourtant, c’est là, dans la vallée encaissée du Centovalli, (c’est-à-dire les cent vallées), dans les splendides paysages du Monte Comino que vit Marisa  Bäschlin avec ces animaux andins,  à 1200 mètres d’altitude, avec une vue imprenable sur les cimes environnantes, en  son domaine de Lama Trekking Ticino.

Elle aime tant le lieu qu’elle y vit désormais toute l’année, même en hiver où pourtant la neige et le froid rendent la vie rupestre.

Un petit téléphérique permet d’accéder de Verdasio au domaine de Lama Trekking Ticino  et à en redescendre. On peut aussi y accéder à pied mais le sentier est très pentu. Depuis son domaine, il est possible de faire de vastes randonnées, dans une nature riche en faune, en lièvres, chamois, chevreuils, en flore  et en forêts de hêtres, bouleaux et  conifères.

Ce lama nommé Lamir est le chef du troupeau des mâles. Il est doux et docile, mais dès qu’il est en liberté,  il n’a qu’une hâte : courir vers l’enclos des femelles, qui vivent toujours séparées des mâles pour que soient évitées les luttes.

Marisa propose diverses sorties, toujours accompagnées par les lamas : des excursions  par demi-journée ou par journée. Comme les lamas peuvent porter de lourdes charges, des randonnées avec des repas inclus ou des trekkings de 2 jours et plus, avec des nuitées en pleine nature,  sont possibles. Tout le matériel nécessaire est transporté par les animaux.

Marisa parle avec attachement de ses lamas. Ils lui sont  proches et elles les portent dans son coeur, comprenant leur moindre regard et mouvement. Lorsque les femelles accouchent, dit-elle, étonnamment elles ne lèchent pas leur petit  et ne le sèchent pas. Comme la naissance se déroule toujours dehors et toujours l’après-midi il y a suffisamment de vent et de soleil pour que le petit sèche rapidement. Le petit est très vite sur pied dès qu’il est sur terre, en dix minutes il est capable de gambader.

Au moindre arrêt le lama en profite pour brouter la bonne herbe. Celui-ci, de couleur caramel rappelle plus facilement qu’il est de la famille des chameaux même si le lama décline diverses couleurs de laine. Il a été tondu. Sa laine, hypoallergénique, sert à de multiples effets. 

Marisa a toujours rêvé de cette vie en altitude. Elle a grandi dans une ferme à Brissago, dans la vallée, au bord du Lac Majeur. Elle a eu quatre enfants qui ont grandi  à Tegna, et qui ont aujourd’hui entre 30 et 42 ans. Elle a attendu qu’ils soient grands, qu’ils aient fini leurs études, avant de se lancer dans son aventure des cimes. Son mari, Jean-Pierre Bäschlin, un Bernois, vient  la seconder lorsque son travail administratif dans la vallée lui en laisse le temps. Elle a aussi l’aide d’Andrea, l’unique employé présent durant toute l’année.

Elle avait souvent songé à ce projet d’installer des lamas en ces hauts lieux. Elle y a réfléchi plus intensément à partir de 2010. Elle s’est documentée, s’est formée et puis elle s’est lancée en 2013 avec une dizaine de mâles et autant de femelles.

Les hauteurs du Montecomino ne sont pas celles de l’Altiplano dans les Andes mais les lamas s’y sentent bien.

Le lama est  un camélidé comme le chameau et le dromadaire. Il appartient au groupe composé de trois autres petits camélidés : l’alpaga, le guanaco et la vigogne.

Ces animaux se plaisent en ces altitudes, où  l’herbage brouté leur sied à merveille. Je constate que lorsque je suis parfois contrainte de descendre avec eux vers la vallée, ils ont hâte de remonter ici pour la qualité de la pâture,  je le devine à leur euphorie, précise Marisa dans une langue française maîtrisée.

Le bleu si beau de la gentiane photographiée au passage de la promenade

Au fil des années, elle s’est familiarisée avec les lamas, comprenant le caractère de chacun, sachant créer avec psychologie les duos hommes-bêtes pour la promenade.

La randonnée peut être longue ou courte.  Elle mène à travers des sentiers à la vue imprenable. Les lamas sont dociles. Il n’est pas nécessaire de maintenir fortement la corde. Ils suivent aisément, profitent de chaque arrêt pour savourer les feuilles des arbres et pour brouter les plantes. J’ai constaté leur attirance pour le trèfle, le serpolet et l’alchemille notamment, comme pour les feuilles de bouleau.

Les mâles et les femelles vivent toujours séparés, ainsi on évite les combats entre mâles, précise Marisa. Les femelles sont bienveillantes avec les mâles sauf lorsqu’elles attendent des petits. Elles deviennent  alors très agressives. C’est d’ailleurs ainsi que nous pouvons vérifier si elles attendent un petit : dix jours après l’accouplement nous réunissons la femelle et le mâle, si elle lui crache à la figure et lui témoigne de l’agressivité, c’est signe qu’elle attend un petit.

Il arrive  à Marisa de descendre dans la vallée pour  les courses. Mais elle fait aussi livrer d’énormes ballots de provisions par hélicoptère.

Après une heure de promenade, c’est le retour à la ferme. Marisa passe toutes les saisons à 1200 mètres d’altitude. En hiver, la neige recouvre le Monte Comino

Comme elle aime cuisiner, elle propose des repas  sur commande. Elle prépare des tartes et révèle qu’elle est une passionnée de pain qu’elle cuit elle-même. J’aime faire la pâte, toujours à partir de produits bio. Elle aime réaliser des pizzas qu’elle cuit dans un four en granit -la pierre des lieux-,  construit à l’extérieur, en bordure de la terrasse qui accueille les promeneurs, depuis laquelle ils ont une vue à 360°.

Le 1er août, jour de la fête nationale en Suisse,  les fermes ont pour habitude d’ouvrir leurs portes et de proposer des brunchs. Ce que fait également Marisa, en activant le four à pizza. S’il n’y a plus de place autour des tables, on a vite fait de s’assoir sur une prairie.

Elle évoque les soirées d’été magiques où les promeneurs s’attardent pour apprécier le ciel étoilé et le contact fort avec la nature. La dernière cabine descend  à 18 h 30 h, précise-t’elle. C’est tôt, mais je peux  faire descendre le promeneur à n’importe quel moment :  j’ai la main pour activer cette petite cabine téléphérique de 4 places.

Le narcisse sauvage : une image de beauté parfaite croisée fréquemment en mai et juin

En mai, lorsque je lui ai rendu visite, elle venait de tondre la plupart des lamas, ce qui leur donnait cette allure amusante, avec le poitrail, la croupe et les pattes encore garnis de leur laine extra-douce et avec le tronc tondu.

Cette laine, qui est hypoallergénique, a une grande variété de couleurs : blanc, beige, roux, brun, noir et gris. Elle peut être unie ou non. Elle est utilisée pour être filée et aussi pour rembourrer, avec douceur et chaleur,  les oreillers.

Marisa insiste : Les lamas ont une grande capacité d’adaptation aux humains et aux divers environnements.  Et ils ont bon caractère. L’image véhiculée par les albums de Tintin, où le lama contrarié crache au visage du capitaine Haddock, a donné une idée déformée de ces animaux. Je n’en ai pas vu un seul durant toutes ces années se fâcher et cracher au visage des humains, ajoute Marisa qui précise qu’entres eux ils se crachent à la figure pour obtenir une place au soleil plutôt qu’à l’ombre, ou pour obtenir une meilleure part de foin.

J’ai apprécié la discrétion et la sérénité de cet animal de compagnie et sa présence silencieuse, tout comme mes petits-enfants qui sont revenus enchantés de leur promenade.

Marci promènera Latan, ce lama bicolore, qui arbore un beau poitrail blanc et un tronc couleur caramel

Toutefois, de retour vers la ferme, nous avons vu deux lamas restés dans l’enclos qui s’agressaient. C’est que les deux voulaient devenir… chef, en l’absence du vrai chef qui était de la promenade.

Il en va chez les lamas comme chez les hommes : chacun rêve de devenir le chef et profite de l’absence de celui-ci pour  tenter de le supplanter.

C’est qui est naturel dans le monde animal l’est aussi chez l’humain.

Une fois le chef en titre revenu parmi les siens, le troupeau de mâles s’est assagi en une seconde.

Les femelles sont féroces à l’égard des mâles seulement en  période de gestation. Ensuite, une fois le petit mis au monde,  elles  seraient d’exquises compagnes mais il vaut mieux les séparer des mâles car ceux-ci se battraient jusqu’au sang et jusqu’à la mort  pour les éliminer les rivaux.

Le lys sauvage des Alpes pousse ici et renvoie une image de pureté

Dans un groupe de lamas, on peut réunir un mâle avec plusieurs femelles, mais surtout jamais deux ou plusieurs mâles avec des femelles car ce serait la guerre assurée.

Il y a un lama alpha qui est chef dans le groupe des mâles et un lama alpha qui est cheftaine dans le groupe des femelles. Une sortie en groupe avec un mâle accompagnant les femelles est donc toutà fait possible. Dans ce cas de figure c’est toujours  a femelle qui dirige le groupe.

Dans le monde des humains, un homme dans un groupe de femmes laisserait t’il les commandes à une femme ? Nous ouvrons là un vaste débat, si ce n’est une boite de Pandore. Il existe tant de cas de figure.  C’est précisément cette gamme infinie qui fait le charme de la vie.

J’ai quitté Monte Comino pour retourner vers la vallée, avec des réflexions de ce type qui ondoyaient en moi. Avec le coeur et le corps en parfaite sérénité.

Lama Trekking Ticino

Famiglia Marisa & Jean-Pierre Bäschli 

info@lamatrekkingticino.ch

www.lamatrekkingticino.ch

Tél. mobile +41 (0)79 240 13 09

Tél. fixe       +41 (0) 79 240 13 09

Monte Comino est accessible en moins de 7 minutes par le  petit téléphérique qui part de Verdasio, à 100 mètres de la gare Fart (dans la vallée de Centovallina).

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

Ce site utilise des cookies. Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), vous avez la possibilité d'acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales en cliquant sur « accepter » ou en fermant cette fenêtre. Vous pouvez aussi les refuser en cliquant sur « refuser ».

En savoir plus

<\/body>