Pour l’amour d’un père

Depuis ma plus tendre enfance, j’aime me promener dans la forêt vosgienne qui borde mon village natal. Cette faune et cette flore qui survivent à toutes les saisons, à toutes mes joies, à toutes mes peines, me rapprochent de la vraie vie et de mes racines, des miens. Et en particulier de mon père, disparu alors que je n’étais qu’adolescente.

J’écrivais sur l’amour fulgurant qui bat contre mes flancs encore si longtemps après sa mort, lorsqu’un inconnu s’est imposé à moi : Albert, son frère cadet, tué pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était peintre et musicien, et sa mort a toujours été un sujet tu. Pouvais-je entreprendre par-delà sa mort d’enquêter sur sa vie ? L’appel devint irrépressible : j’ai alors battu semelle chez moi en Alsace et dans les Pyrénées, en questionnant les aînés, en remuant les archives, en découvrant la force vive de la mémoire, qu’il suffit d’activer pour récolter la manne d’un puits sans fond. J’ai cueilli à la façon d’une mosaïque l’histoire bouleversée des miens et de ma région. J’ignorais encore que cette enquête deviendrait une quête, qu’elle me mènerait vers moi, qu’elle me dirait d’où je viens et pourquoi je suis née.

A la fin de la quête, j’ai trouvé cette photo ci-bas, la seule existante qui réunisse Albert et sa mère -ma grand-mère-. La photo contient aussi Adèle et mon grand-oncle Charles, à l’accordéon, à côté d’Albert qui joue de la clarinette. Mon père n’est pas sur la photo, mais elle le contient si fort : il tient l’appareil et il fige l’instantané. J’aimerais qu’il saisisse, de là où il se trouve, ma fulgurante reconnaissance, pour m’avoir donné vie, et pour le reste.

Albert joue de la clarinette entre sa mère -ma grand-mère- et l’oncle Charles qui tient l’accordéon. Adèle, sa bien-aimée est à gauche. Cette photo fut prise par mon père autour des 1935.

Pour l’amour d’un père, Les moissons de la mémoire

éditions du Belvédère, 2014

Format:16x24cm
240 pages, broché
Prix de vente : 19 euros
Date de parution : mars 2014
ISBN : 978-2884-19307-8

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>