Histoire d’un hibou perdu

Cette histoire tendre et poétique constitue mon premier livre. Elle me fut inspirée lors de l’hiver 1980. Dans l’attente de mon premier enfant, j’eus envie de raconter un noël des années 60 en Alsace au travers de la disparition d’un hibou fugueur. J’avais intitulé le livre « Passez muscade ». C’est l’expression que se disent silencieusement les magiciens lorsque le tour à réussi.

Je me mis en quête d’un éditeur et, curieusement, je fus contactée par France Culture. Cette radio souhaitait en faire une dramatique. Ce n’était pas la destinée que j’avais imaginée pour ce texte mais j’en fus ravie. Ce fut une belle émotion d’entendre mes dialogues dits par des comédiens. Jean Topart de la Comédie Française jouait le rôle du narrateur, Antoine Bierry celui du grand-père et Pascale Caemerbeke celui de la petite fille.

Je fis la connaissance de Patrick Martinache et je vis pour la première fois un bruiteur à l’œuvre. Il était venu avec une petite mallette dans laquelle il avait des accessoires très simples, qui lui permettaient d’ imiter aussi bien le bruit étouffé des pas dans la neige que le son des chauve-souris frôlant de leurs ailes la faille d’un rocher.

Eléonore Kramer assurait la réalisation de cette dramatique et je me souviens que la prise de son était assurée par Madeleine Sola, si patiente, si professionnelle, qui, après 7 heures de concentration, gardait une oreille étonnamment vigilante. La dramatique fut diffusée peu avant Noël, le 20 décembre 1987.

Deux années plus tard, j’ai croisé de façon inattendue Freddy Sarg, pasteur et écrivain. Il me dit qu’il était à la recherche de manuscrits qu’éditerait Françoise Helluy, la directrice des Editions du Verger. Je lui ai déposé le manuscrit « Passez muscade ». Il m’appela le lendemain pour me dire que le livre paraitrait la même année, à l’automne 1989.

Le livre qui obtint cet automne-là les meilleures ventes était celui né du film de Jean-Jacques Annaud « L’ours » et destiné aux enfants. Aussi l’éditrice suggéra-t’elle de placer un nom d’animal dans le titre et donc troquer le titre d’origine, « Passez muscade » pour le titre « Histoire d’un hibou perdu ».

Certaines lectrices rencontrées au hasard de la vie me révèlent qu’elles aiment, à l’entrée de l’hiver, relire rituellement le livre pour se mettre dans l’ambiance d’un Noël sur fond de neige.

C’est émotion de prendre conscience que les lecteurs accordent des heures de leur temps pour entrer dans un livre et y retourner rituellement.

Parution : Octobre 1989

Editeur : le Verger Editeur

Un livre relié au format 240 x 320 mm, couverture cuir, présenté sous une belle jaquette couleur en papier glacé
avec des illustrations de Pierre Braeunig.

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>