Biscuit chocolat façon Tante Emma d’Antoine Hepp

In de Tante Emma ihre Küeche

gâteau chocolat Hepp (tante Emma)

Découvrez également cette recette sur On cuisine ensemble avec France Bleu Elsass du jeudi 12 janvier 2017

Par Simone Morgenthaler

Antoine Hepp, le MOF maître-pâtissier, chocolatier et glacier, qui longtemps présida aux destinées de la Pâtisserie Kubler à Strasbourg, ne se lasse pas de ce gâteau aux saveurs de son enfance à Uberach.

Cette recette est extraite du livre Saveurs et gourmandises d’Alsace d’Antoine Hepp (éditions du Belvédère). Elle provient d’Emma, la soeur de son père, une femme authentique qui vivait à Uberach, le village au nord de Haguenau où Antoine Hepp a grandi.

Photo : Marcel Ehrhard

pour 1 gâteau pour 6 à 8 personnes

pour la pâte
  • 200 g de beurre
  • 300 g de sucre glace
  • 6 oeufs
  • 200 g de chocolat noir de ménage
  • 100 g de crème fraîche fluide
  • 100 g de farine
  • 100 g de poudre d’amandes brutes (c’est-à-dire non épluchées)
  • 5 g de levure chimique
  • 100 g de noix (légèrement grillées au préalable) puis écrasées ou grossièrement hachéess
pour le glaçage
  • 200 g de chocolat noir
  • 10 cl de crème fraîche
  • 50 g de glucose (ou de miel d’acacias)

Mélangez le beurre, le sucre et les oeufs.

Portez la crème à ébullition et versez-la sur le chocolat grossièrement haché. Puis versez les préparation sur le mélange précédent.

Mélangez la farine avec la poudre d’amandes et la levure chimique : ajoutez ce mélange dans l’ensemble de la préparation.

Ajoutez les noix.

Versez la pâte dans un moule (à cake ou à manqué) préalablement beurré ».

Enfournez à 180° (th. 6) pendant 45 minutes.

Procédez au glaçage : pour cela faites chauffer la crème fraîche, ajoutez le chocolat pour le faire fondre ainsi que le glucose. Ce dernier est anti-cristallisant, il maintient le brillant du glaçage et évite de trop le figer. Il ne se trouve que dans les magasins spécialisés en pâtisserie-boulangerie, vous pouvez le remplacer par le miel d’acacias, seul miel qui ne cristallise jamais, et qui fait donc sensiblement le même effet.

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>