Adieu Sür un Siess ?

J’ai écrit ce livre dans l’urgence en septembre 2008 en constatant que l’émission Sür un siess ne reprenait pas à l’automne, comme habituellement, après les deux mois d’interruption de l’été. La série avait bel et bien été supprimée. Et cette suppression devait être tue !

De samedi en samedi, les téléspectateurs attendaient devant leur poste de télé que l’émission reprenne. Comme les médias ne mentionnaient pas la suppression de cette série régionale à forte audience. J’ai compris qu’il me fallait narrer ces évènements, par instinct de survie et aussi par courtoisie à l’égard des téléspectateurs que cette série fédérait depuis 13 ans.

Je raconte dans ce livre comment cette suppression s’est mise en place, comment les équipes techniques en étaient informées depuis des mois alors que l’on m’avait maintenue dans l’ignorance de ce fait.

Il me fallait écrire ce livre pour deux raisons : pour que le public ait accès à ces informations et aussi pour que le livre puisse sortir pour le Salon du livre de Colmar qui se déroule fin novembre. Le temps m’était donc compté.

J’ai proposé le manuscrit à Françoise Helluy. La directrice des Editions Le Verger Editeur, qui avait fait paraître mon premier livre (Histoire d’un hibou perdu), a d’abord pris ses renseignements auprès d‘hommes de loi pour s’assurer que le livre ne serait pas saisi et qu’elle n’aurait pas à affronter un procès. Une fois cette assurance prise et après avoir vérifié le bien-fondé de mes affirmations, elle se lança dans l’aventure.

Je suis contente que ce livre existe car il témoigne de ce qui fut. J’y dis ma vérité, qui ne fut pas contestée. Il était important que je puisse exprimer cette vérité, que j’ai pu porter comme un sceptre face aux affirmations parfois erronées diffusées dans les médias.

J’ai écrit ce livre, avec en filigrane cette phrase de Nietzsche inscrite à la frise de ma mémoire : Ce qui ne te tue pas te rends plus fort. Cette phrase fondatrice insuffle l’espérance et permet d’accueillir à bras ouverts les évènements de la vie, même ceux qui, à prime abord, semblent déstructurants.

Imprimer

Simone Morgenthaler © 2015

<\/body>